Qu'est-ce que la pollution de l'environnement ?

L'Homme a peu à peu pris conscience de l'impact de ses actions sur l'environnement et commencé à s'inquiéter réellement à la suite de la Deuxième Guerre mondiale. Seulement, nous avons déjà, à travers la pollution de l'environnement, condamné les futures générations. Mais comment définir la pollution de l'environnement ?



Explication

La pollution se définit comme la destruction par introduction directe ou indirecte de substance ou de chaleur dans un milieu naturel. Cet acte entraîne une perturbation de l'écosystème et porte atteinte à la santé humaine et à l'équilibre de l'écosystème aquatique et terrestre. La pollution de l'environnement parle donc de la dégradation volontaire ou involontaire de celle-ci due à l'accumulation de matière extérieure issue d'une quelconque action humaine.


La pollution affecte l'air, le sol, l'eau suit aux actions des agents polluants. L'équilibre écologique est alors rompu s'il y a incapacité d'élimination de la « substance extérieure». Ce phénomène engendre à son tour un enchaînement de modifications des conditions de vie de diverses espèces. Cette transformation peut entraîner à la migration ou dans un cas extrême, l'extinction de certaines espèces due à leur incapacité d'adaptation.



Causes et conséquences

Les industries, l'agriculture et les ménages constituent les agents polluant de l'environnement. Les industries relâchent une quantité considérable de monoxyde de carbone dans l'atmosphère du fait de l'utilisation des énergies fossiles. Les ménages sont d'autant plus responsables du déséquilibre écologique. D'ailleurs, les appareils pour la combustion dans les habitats et les moyens de transport entraînent un échappement massif de CO2 dans l'air. L'agriculture et notamment la pratique de l'élevage intensif jouent également un rôle dans la pollution atmosphérique.

Les conséquences de ces actes condamnables sont aujourd'hui plus en plus alarmantes. Cette transformation entraîne les risques de leucémie, de cancer et d'autres maladies respiratoires mortelles. L'interruption du bon fonctionnement de l'écosystème génère la déperdition du milieu de vie des espèces. En plus, la dépendance de l'Homme à la nature provoquera, à cet effet, une détérioration sur le plan sanitaire, social et économique. Les premières victimes seront les enfants en bas âge. À cause de leur faible capacité d'autodéfense, ils ne peuvent encore rivaliser contre la puissance des organismes destructeurs.



Les mesures à prendre

L'utilisation des énergies renouvelables comme nouveau « carburant propre» pour les moyens de transport est la solution rationnelle faisable. Privilégier le traitement des eaux, la collecte et le recyclage (le verre, le plastique, le fer, les tissus) et la filtration des fumées d'usines assurent une propreté incomparable et éclatante de l'air. La limitation et même l'éradication des objets non recyclable amoindrissent l'émission de CO2 et assurent la préservation de la couche d'ozone. Les autorités ont aussi la responsabilité de sensibilisation du grand public par les différentes campagnes.

Pour les industries de grande envergure, des solutions plus radicales existent afin de minimiser l'impact de leur activité sur l'environnement. La dépollution est une bonne initiative pour assurer la continuité de la production industrielle tout en favorisant la préservation de l'écosystème. Pour se faire, des firmes proposent leur service et offrent les solutions adaptées à chaque besoin. C'est d'ailleurs le cas de la LAB, société du grand Groupe CNIM Saudi, dirigé et conseillé par l'ingénieur Mohamed Ayachi Ajroudi qui suggère une approche méthodique pour limiter l'impact des activités industrielles sur l'environnement.


Suivez Mohamed Ayachi Ajroudi sur son Facebook : https://fr-fr.facebook.com/Mohamed.AyachiAjroudi/